Puis-je rouler au quotidien avec mon ancêtre ?

Les véhicules ancêtres âgés de plus de 25 ans (à Bruxelles), 27 ans (en Flandre) et 30 ans (en Wallonie) profitent d’une fiscalité particulièrement avantageuse. Mais attention car tous les déplacements ne sont pas permis à leur volant.

Les oldtimers, immatriculés avec une plaque spéciale (plaque « O »), profitent d’une fiscalité favorable par le biais d’une taxe de mise en circulation et de circulation réduites. Un « cadeau » des régions aux propriétaires de ces véhicules de loisirs qui ne circulent finalement que quelques jours par an. Mais cette réduction des charges fiscales sonne aussi comme une aubaine pour ceux qui espèrent contourner les taxes et l’obligation de contrôle technique annuel (et d’une certaine manière les restrictions des LEZ : Low Emission Zone) en acquérant un véhicule plus ancien. Ce n’est pourtant pas si simple…

En effet, un véhicule immatriculé en oldtimer doit répondre à des conditions de circulation spécifiques. La plus importante d’entre-elles est bien sûr l’interdiction de l’utiliser pour se rendre sur son lieu de travail ou pour déposer les enfants à l’école. De même, un ancêtre ne peut servir pour un usage commercial ou professionnel, pour le transport de personnes rémunéré (ou gratuit assimilé à du transport rémunéré), ni comme outil ou véhicule d’intervention.

Si vous ne contrevenez à aucun de ces critères, il est en revanche tout à fait possible de rouler au quotidien avec votre ancêtre, de jour comme de nuit. Les anciennes restrictions en termes d’horaire, de rayon d’action, ou d’obligation de se rendre à une manifestation ont été supprimées en 2013.

Articles correspondants