Quelles sont les taxes automobiles dues en Wallonie ?

En attendant une révision de la fiscalité automobile qui se fait attendre, la Wallonie se base toujours sur les chevaux fiscaux pour déterminer la plupart des taxes automobiles. Attention aussi à l’éco-malus, qui peut copieusement alourdir la facture d’achat du véhicule.

Taxe de mise en circulation

Comme en région bruxelloise, la taxe de mise en circulation est fixée sur base de la puissance en kilowatts de votre moteur. Plus votre voiture est puissante, plus chère sera donc la taxe de mise en circulation.

Voir tableau.

Taxe de circulation

Là encore, le calcul est identique à celui de la région de Bruxelles-Capitale : la taxe de circulation est déterminée par la puissance en chevaux fiscaux du moteur, elle-même calculée en fonction de la cylindrée. Plus vous aurez un « gros » moteur, plus la taxe annuelle sera élevée.

Voir tableau.

Eco-Malus

En Wallonie, l’immatriculation d’un véhicule émettant plus de 145 gr de CO2 par kilomètre est frappée d’une taxe supplémentaire appelée éco-malus. Son coût augmente par tranche de dix grammes, et varie de 100 à 2.500€ pour les voitures les plus polluantes (>255 gr/km).

Exceptions pour les électriques

Les voitures 100% électriques profitent d’une taxation plus avantageuse puisque c’est le montant forfaitaire minimal qui leur est appliqué, tant pour la taxe de mise en circulation que pour celle de circulation.

Le LPG, un cas à part

Les véhicules fonctionnant au LPG bénéficient d’une taxe de mise en circulation légèrement réduite, voire même nulle sur les véhicules neufs les moins puissants. En revanche, ils sont concernés par une taxe de circulation additionnelle.

Utilitaires

Les utilitaires profitent d’un régime particulier. Ils sont exemptés de taxe de mise en circulation et le montant forfaitaire de leur taxe de circulation est calculé en fonction de leur masse maximale autorisée.

Ancêtres

Pour les véhicules de plus de 30 ans, une taxe forfaitaire mineure est prévue.

Articles correspondants